Pour demeurer dans l’essentiel..

Le texte du dimanche soir, pour nourrir l’espérance!

Ce soir : envolée vers l’abbatiale de Conques dont nous parle avec toute la poésie qui est la sienne, Christian Bobin.

Quelques pépites…et si vous voulez vous lavez le coeur et le cerveau, retrouver l’intégralité : « La nuit du coeur » Christian Bobin

 » Les bancs de l’abbatiale de Conques, la nuit, sont occupés par des anges. Au matin, chaque visiteur en fait se lever un qui lui cède sa place, comme dans le métro.

Les anges ont pour consigne d’avoir beaucoup d’égards pour les humains, ces infirmes bien portants. »

…………

 » Il y a un poème sur la place de Conques. Il pèse des tonnes, mais quand on rentre à l’intérieur, tout est léger, même la peur »

……..

« La douceur vient de la force, la force vient du Ciel »

« une parole, pour nous toucher, ne doit peser d’aucun savoir. Juste une goutte d’eau sur le coeur nénuphar.

Le coeur tremble de toutes ses nervures, mais ça ne se voit pas.

Ce qui ne nous sauve pas immédiatement n’est rien »

Christian Bobin: La nuit du coeur.

 

Si vous avez aimé cette publication... partagez-la!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.