La plante de la semaine: L’hysope

Dernière de cette série de plantes à découvrir une fois par semaine; L’Hysope

Un peu d’histoire

Plante sacrée, l’hysope fut d’abord utilisée pour purifier le temple de Jérusalem et les autres lieux consacrés au culte. La légende raconte que le roi Salomon se parfumait à l’hysope..

Hildegarde de Bingen la recommandait, souvent associée à la Molène, pour les enrouements et les problèmes pulmonaires

Plante méditerranéenne, on utilise ses feuille et se fleurs qui séchées seront utilisée en infusion.

Propriétés

L’hysope est connue pour soigner les affections pulmonaires  et digestives

  • notamment expectorante : on la conseille en cas d’asthme, de bronchite chronique, de toux, notamment toux sèche et quinteuse
  • Les infusions d’hysope, préparées avec des sommités fleuries fraîches ou sèches, sont efficaces contre les états grippaux
  • L’hysope facilite les digestions difficiles et peut aider l’intestin à expulser les gaz.

 

Utilisation: Essentiellement en tisane pour calmer toux, bronchite, états grippaux

On pourra l associer 

  • à la molène pour les infections respiratoires
  • au thym pour les infections virales

Infusion d Hysope:

Il suffit de verser une tasse d’eau bouillante sur une tige fraîche d’hysope ou sur une cuillerée à café de feuilles sèches.

Couvrir et laisser infuser 8 à 10 min.

Passer.

À boire deux à trois fois par jour sur une durée de 5 à 7 jours. Si les trouble persistent, bien évidemment , consulter votre médecin.

 

Contre indications

Qui dit plante ne veut pas dire utilisation sans discernement: Cela reste une utilisation thérapeutique, et donc ponctuelle; en effet, à trop haute dose, l’hysope peut entraîner des crises convulsives et des vomissements.

Elle sera toujours contre indiquée chez la femme enceinte (ou allaitante), chez les enfants en bas âge, chez les personnes épileptiques, mais également chez les personnes souffrant d’une grande nervosité.

En termes d’interactions médicamenteuses, il est formellement déconseillé de consommer cette plante en parallèle d’un traitement antiépileptique, antidiabétique ou immunodépresseur.

 

 

Si vous avez aimé cette publication... partagez-la!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *