Billet du 16 Novembre 2020

Le vent s’en donne à cœur joie, et a définitivement rendus chauves les arbres devant chez moi.
Les températures prennent leurs quartiers d’hiver.
Lundi, ciel gris, bobos ici ou là,
c’est je jour où jamais pour accueillir nos fragilités, et l’éphémère qui tisse le manteau de nos vies.
Rien de solide, rien de sûr, rien d’immuable.
Tout passe, et dans cette évanescence quasi structurelle,
inutile d’essayer de se raidir pour lutter contre.
Essayons plutôt la fluidité; se laisser porter par le courant, par l’inconnu. Comme ces tous jeunes bébés qui tombés à l’eau, savent d’instinct se retourner et flotter ainsi sur le dos en confiance.
Ce lundi, je me laisse flotter sur le dos sans chercher à savoir, à comprendre, à décider blanc ou noir, car cela ne sert à rien; nous ne connaissons toujours qu’une si faible portion de ce qui est profondément.
Je préfère faire confiance à une fiche de route bien précise, mais qui m’est inconnue, que je découvre petit à petit; Et ce d’autant mieux que mon mental s’apaise en écoutant les rafales de vent comme une respiration puissante.
Bon lundi à tous (tes)
Go with the flow!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *