Quelques clés pour l’équinoxe d’automne

Ça y est, le calendrier nous le rappelle, nous sommes en automne

Les jours raccourcissent de façon évidente, les couleurs changent.

L’automne et l’intersaison qui la précède et que nous vivons en cette fin Septembre/ Début Octobre, nous entraine vers plus d’intériorité;

Si nous immitons la nature, cette saison nous offre l’occasion de descendre dans nos profondeurs y faire un peu de clarté, pour qu’au solstice d’hiver, le germe de lumière de chaque être commence à renaitre.

Aussi je vous propose  deux approches complémentaires pour cette entrée dans l’automne

1/ Bien sûr des conseils en naturopathie  pour nettoyer son organisme des excès de l’été et / de certains produits chimiques, d’une part,  et pour se préparer à passer automne et hiver en santé.

2/ Une démarche plus personnelle pour vous aider à laisser aller les ombres qui vous font obstacle, avec notamment la méditation du thymus. Comme les feuilles d’automne s’envolent au vent, essayons de laisser aller quelques une de nos ombres, ou souffrances.

 

I/ CONSEILS EN NATUROPATHIE

1) Notre alimentation et nos règles hygiéno-diététiques.
Je vous rappelle selon la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) quelques grands éléments intéressant quant à notre façon de nous nourrir :

En Automne les poumons sont au centre de l’attention ; Selon la MTC, les correspondances avec les poumons parleront de nostalgie (diminution de la luminosité et chute des feuilles) ; elles nous parleront de notre capacité à prendre soin de notre souffle.

Les aliments qui soutiennent l’énergie du Poumons sont les aliments de saveur piquante; La saveur piquante régule le poumons, elle permet d’évacuer le froid des énergies perverses climatiques. Elle provoque une chaleur qui vous fera transpirer si vous avez pris froid, par exemple.

Attention, la saveur piquante consommée en excès dispersera l’énergie. Ce qui rappelle la notion d’équilibre fondamentale à retrouver en MTC … et dans la vie en générale.

Les aliments à privilégier en Automne sont :

  • Légumes et racines : radis, navets, carottes, poireau, chou rave, céleri, oignon, piment,

  • Épices et aromates : aneth, badiane, coriandre, cannelle, gingembre, ail, menthe, muscade, origan, piment de Cayenne, poivre noir

  • Fruits : poires, raisins, pommes, châtaignes, noix,

  • Céréales : complètes ou semi complètes, millet, riz complet ou semi complet

  • Viandes blanches – poissons à chair blanche ou ferme

En cas de coup de froid, vous pouvez boire un grog à base d’épices et de miel (gingembre, cannelle, clou de girofle : Vous trouvez ces différentes recettes dans mon ebook: livre de recettes de cuisine ici.

2/Quels suppléments apporter?

Attention …Ne collectionnez pas les suppléments au gré de vos visites dans les magasins de produits naturels! Ils risqueront de surcharger votre organisme et d’avoir ainsi aucun effet.

a) Commençons par drainer en douceur, foie et reins après les agapes sucrées par exemple de l’été.

Prenons une tisane d’ortie, pour les reins par exemple, le matin ou le soir, en alternance avec tisane de romarin (foie) ou un draineur léger que notre naturopathe nous conseillera en fonction de notre état.   À faire une dizaine de jours.

À mes amis vaccinés, pensez à faire un drainage plus long avec des outils homéopathiques adaptés au type de vaccin reçu, pour permettre une régénération de votre système.

Puis…

b )Pensez à supplémenter votre organisme en :

  • Vitamine C (si possible liposomale pour une meilleure assimilation) : 1 gramme par jour. C’est un puissant anti viral bien connu. Mais sa forme galénique est importante. Il ne s’agit pas d’en prendre des tonnes mais d’en choisir une qui sera bien absorbée. La forme liposomale semble la mieux adaptée, mais voyez cela avec votre naturopathe.

  • N’oubliez pas la prise de Vitamine D qui active notre immunité innée. Nous savons maintenant que cette vitamine ne fait pas que jouer sur notre capital osseux, mais a un impact sur notre immunité : « Comme les besoins diffèrent d’une personne à l’autre, la même dose de vitamine D n’aura pas le même impact sur le niveau sanguin chez l’un ou chez l’autre. D’où l’importance de mesurer régulièrement son taux de vitamine D dans le sang en visant un minimum de 30, voire 40 ng/mL en hiver. Une étude britannique publiée en novembre 2011 et conduite auprès de 6789 personnes nées en 1958 a établi que chaque augmentation de la vitamine D plasmatique de 4 ng/mL était associée à une diminution de 7 % du risque d’infection respiratoire » Berry DJ, Hesketh K, Power C, Hyppönen E. Vitamin D status has a linear association with seasonal infections and lung function in British adults. Br J Nutr. 2011 Nov;106(9):1433-40. Epub 2011 Jun 6. PubMed PMID: 21736791.

La prise de 1000 à 3000 UI de vitamine D par jour en Automne et Hiver permettrait de se situer autour de 35 ng/mL pour la majorité de la population. Avec 2000 à 4000 UI de vitamine D on peut espérer un taux moyen de 25(OH)D de 44 ng/mL.

  • Demandez à votre naturopathe si un apport  en Zinc vous serait utile En effet, le zinc est un oligo-élément métallique qui joue un rôle déterminant dans près de 200 réactions enzymatiques de notre organisme.

Il permet notamment de :Stimuler le système immunitaire en augmentant la synthèse des lymphocytes T, de lutter contre le vieillissement prématuré des cellules grâce à sa forte action antioxydante

c) Veiller à un bon fonctionnement de vos intestins.

Le microbiote (la flore intestinale) est le lieu où nous fabriquons 80 % de nos anticorps. Il est donc important de voir avec votre naturopathe si vous avez besoin de probiotiques, si vous avez besoin de réparer votre membrane intestinale ou autre. Toute altération du transit intestinal (constipation, alternance constipation / diarrhée, etc.) devra être prise en compte et traitée.

d) La propolis :

Je la préfère sous forme liquide. Elle sera prise en prévention le matin uniquement; et deux à trois fois par jour dès les premiers symptômes de mal à la gorge, nez qui coule, etc.

e)  Enfin “last but not least” Les huiles essentielles

En prévention, l’HE de ravintsara que vous connaissez bien si vous lisez mes rubriques : en diffusion à la maison, mais aussi sur les poignets, à l’intérieur du masque, au raz des narines comme protection au quotidien surtout si l’on a le masque plusieurs heures.  On peut aussi en prendre une goutte diluée dans un peu de miel de Manuka (véritable antiviral naturel) deux ou trois fois par jour dès les premiers refroidissements.

Autres huiles essentielles intéressantes, HE d’Eucalyptus radiata plutôt réservée au carrefour ORL : une goutte sur le masque, ou si premiers signes de nez qui coule, se frotter les poignets, la plante des pieds et respirer deux ou trois fois par jour.

Et l’Eucalyptus globulus, utilisé au niveau des bronches et des poumons : début de toux, de bronchite – mêmes utilisations.

Attention, les HE sont déconseillés aux femmes enceintes et aux enfants en bas de 6 ans et aux asthmatiques.

Il existe encore d’autres très bons produits antiviraux, mais je vous ai sélectionné ceux-ci, car je les utilise et les prescris avec bonheur depuis longtemps.  Ils constituent une base efficace.

Cependant, je vous conseille de faire le point avec votre médecin formé aux médecines naturelles ou votre naturopathe pour personnaliser un peu ce programme de soutien, au besoin.

f/ La luminothérapie 

Lorsque les arbres seront dénudés, lorsque l’heure d hiver sera de nouveau en place, ce sera le temps de sortir notre lampe de luminothérapie

La luminothérapie consiste à s’exposer quotidiennement à une lumière artificielle blanche, dite « à large spectre », imitant celle du soleil.

Son but est principalement de traiter les troubles associés aux dérèglements de l’horloge biologique interne, comme la dépression saisonnière.

Dans les pays nordiques, jusqu’à 10 % de personnes souffrent de dépression saisonnière.

La luminothérapie pourrait notamment profiter aux personnes qui ressentent une légère « déprime hivernale » annuelle ou qui travaillent toute la journée sans voir la lumière du jour.

En pénétrant dans l’organisme par les yeux, la lumière joue un rôle fondamental dans la régulation des rythmes circadiens( c.a.d qui s’étalent sur 24h) Par ailleurs, lorsque la lumière pénètre dans l’oeil, elle est transformée en signaux électriques qui, envoyés au cerveau, agissent sur des neurotransmetteurs.

Un de ceux-ci, la Sérotonine, souvent appelée « l’hormone du bonheur », régularise l’humeur et gouverne la production de la mélatonine, responsable des cycles éveil-sommeil.

Différentes études scientifiques depuis 1984 ont montré l’importance du rôle que jouait l’exposition à la lumière dans la régulation de nos cycles biologiques endocriniens:

Car l’équilibre de l’épiphyse qui sécrète cette mélatonine et qui régule le rythme « jour nuit » est en lien également avec l’hypothalamus.

Or l’hypothalamus est le chef d’orchestre de nos autres glandes endocrines que sont la thyroïde, le pancréas, les surrénales et les ovaires.

C’est ainsi que la lumière joue sur notre humeur et notre qualité de sommeil, mais elle inter agit aussi indirectement sur l’ensemble de notre biologie.

La luminothérapie est donc utilisée pour

  • 1/ traiter la dépression saisonnière
  • 2/ améliorer les réveils précoces ou au contraire:l’impossibilité de se coucher tôt
  • 3/ réduire le syndrome dépressif du symptôme prémenstruel;
  • 4/réduire les crises de boulimie associées à l’influence des saisons.

Ainsi, lorsque les feuilles seront toutes tombées de nos arbres, que l’ensoleillement sera moindre, pensons à utiliser nos lampes de luminothérapie

Il semblerait que la luminothérapie n’entraîne pas de dommages oculaires à court, moyen ou long terme, cependant, sachant que les rayons ultraviolets peuvent être dommageables pour l’oeil, il faut s’assurer que la lampe n’en émet pas ou comporte un filtre UV.

Le temps d’exposition est d’environ 20 minutes par jour.

 

II/ Occasion de visiter nos ombres et de retrouver le chemin de la lumière

Qu’est ce qui en moi est souffrant, qu’est ce qui  en moi, manque de lumière? Quelles ombres me limitent, ou me dérangent sans que je n’en dise rien, car je me sens bien impuissant(e) face à cela.

Se poser sincèrement la question, ouvrira la porte de nos oubliettes: Tous ces endroits de nous même que nous n’aimons pas, parce que trop souffrants; Bien souvent nous en avons hérités dans le bagage trans-générationnel de ceux qui nous ont précédé, et inconsciemment le plus souvent, nous les avons alimentés.

Allons nous encore faire comme si,  et les porter en nous, les transmettre à notre tour, ou au contraire, profiter de ce portail énergétique de l’équinoxe, pour y descendre faire du ménage.

Oh, cela ne se fait pas en un clin d’oeil,  mais entamer la démarche permettra un allègement certain.

1/ Pensez aux exercices des “lettres de remise “qui se trouvent dans mon livre: La gratitude qui guérit( Ed Édito/ Ed Eyrolles)

Elles sont simples et prodigieusement efficaces: J’en donne plusieurs exemples dans le livre et depuis sa sortie, vous avez été très nombreux à m’en faire de nouveaux témoignages.

 

2/ La méditation du thymus

Le thymus a un rôle important dans la mise en place du système immunitaire, car il assure la maturation des lymphocytes T (variété de globules blancs) qui favorisent la défense de ce système contre les agents pathogènes extérieurs. Son activité et sa taille sont maximales au cours de la puberté et involue avec l’âge.

D’après Galien, médecin grec de l’Antiquité, le thymus représentait le lien entre le psychique et le physique, puisqu’il est le premier organe à être affecté par les attitudes mentales telles que: anxiété, insécurité, peur et stress. Il serait aussi porteur des mémoires de l’âme..d’où l’importance de le réactiver par la méditation.

Il semble que son rôle immunitaire: (c’est à dire nous protéger face à ce qui n’est pas de notre nature) , opère tant sur le plan organique que sur un plan vibratoire. Après la puberté, notre corps mental devient plus actif et nous perdons un peu le lien avec notre conscience spirituelle.

Ainsi, il serait bon de ré activer notre système “immunitaire spirituel” en guérissant  tout ce qui n est pas de notre vraie nature lumineuse. Or pour chasser l’ombre, rien ne vaut la Lumière.

Vaste projet, me direz vous? oui, projet de toute une vie.

Mais y penser, s’y arrêter, et profiter de ces portes d’équinoxes pour entrer dans nos cavernes, et voir ce qui n est pas lumineux en nous, nous permettra d’y apporter petit à petit plus de lumière Si je suis libre en moi, rien à l’extérieur ne pourra me rendre prisonnier.

 

Voici donc une méditation du thymus que je vous propose iciMéditation du Thymus

Plus que jamais cette année, je crois important de partager cela avec vous

Bon Automne, les amis et n’oublions jamais notre parcelle d’énergie lumineuse qui ne demande qu’à être dépoussiérée….régulièrement!

Christine

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *