Billet du jour: jeudi 23 Avril 2020

0

 

Baisse de moral? Fatigués de voir les rues tristes et vides? 

Interrogations multiples auxquelles trop de personnes professionnelles ou non, tentent de trouver” la meilleure réponse” possible?  

Autrement dit: confusion maximale?

Il y a des matins, où le point d’interrogation,

Les points de suspension,

Envahissent l’espace,

Et où le petit hamster qui nous sert de mental,

S’agite, s’agite tellement.

 

Eh bien , oui, cela arrive, et ce ne’st ni bien, ni mal:

C’est!

La solution?

Elle sera différente pour chacun, mais n’apparaitra que lorsque nous  laisserons enfin de la place à cette ombre qui veut ressurgir.

Une fois que nous l’aurons reconnue,  elle perdra un peu de son intensité.

Comment faire?

La regarder et respirer en conscience ,

Ne pas tenter de l’étouffer de quelque manière que ce soit: agitation ou fausse indifférence.

Mais bien fermer les yeux et respirer lentement en l’observant  avec les yeux de l’intérieur.

Presque gentiment, si nous pouvons.

L’apprivoiser par le souffle, lent régulier, sans rien vouloir.

La regarder de l’intérieur, et, res- pi- rer lentement.

Il y a fort à parier que nous la verrons fondre comme neige au soleil.

Et si le “morceau” est trop gros, refaire cet exercice plusieurs fois dans la journée: ne serait ce qu’une minute, mais 4, 5, 6 fois dans la journée. Une façon de l’apprivoiser, de fractionner cette ombre trop grosse, trop lourde pour nous.

Car l’ayant  reconnue et  acceptée,  lui ayant fait de la place, elle aura perdu en puissance et ne sera plus aussi menaçante. 

 

Accueillir, l’ombre AUSSI,

Lorsque elle pousse fort,

Reste la meilleure façon

De la voir diminuer

Rapidement,

Ou du moins perdre de sa violence.

 

Essayez! Cela fonctionne. 

Et nous serons de nouveau capables d’entendre le chant de l’oiseau, et la vie palpiter aux bourgeons nouveaux.

Tout est juste: l’ombre comme la lumière. Nier l’ombre reviendrait à nier la puissance de la lumière.

 

Promis, demain je “redescends” sur terre et vous offrirai un billet moins…”philosophique”!

 

 

Répondre