Maladie de Lyme

Qu'est-ce exactement?

par Christine Angelard

Je vous partage ici des outils concernant une pathologie de plus en plus fréquente qui peut être très invalidante à moyen ou long terme si elle n’est pas traitée correctement : La maladie de Lyme

 

Qu'est ce exactement?

 

La maladie de Lyme devient actuellement une maladie endémique induite par certaines tiques porteuses d’un micro-organisme spiralé, le Borrelia Burgdorferi. 

 

La borréliose est une maladie tenace qui fait semblant de lâcher et qui peut réapparaître à la première occasion d’une baisse immunitaire.

Je vous donne ici de quoi éviter, mais aussi éradiquer les effets de ces piqûres. Il existe des outils précieux et efficaces contre les piqûres de tiques.

 

Symptômes

Les piqûres de tiques sont de plus en plus fréquentes. 

Si elles sont négligées, elles iront créer des dégâts considérables dans l‘organisme.

Si la piqûre passe parfois inaperçue, elle se rappellera à l’ordre par des symptômes divers et variés :

 

  • Rougeur au niveau de l’endroit piqué qui s’étend en cercles concentriques autour de la piqûre (comme sur la photo ci-dessous)

  • Douleurs dans la région piquée, ressemblant à une crise d’arthrite

  • Excès de grande fatigue

 

Ce sont là les symptômes les plus rapides de la maladie de Lyme qui peut, si elle s’installe dans l’organisme de façon chronique et insidieuse, donner d’autres symptômes beaucoup plus graves comme :

  • Érythème chronique et migratoire

  • Algies arthritiques locales ou généralisées

  • Neuropathies diverses

  • Méningo-encéphalite

  • Fibromyalgie

  • États dépressifs

  • Excès de grande fatigue

  • Troubles de la mémoire

  • Inflammation destructive du tissu cardiaque

  • Syndrome de la fatigue chronique

  • Sclérose multiple

  • Syndrome de l’intestin irritable

 

Comment la reconnaître?

En principe, l’infestation se manifeste dans les 3 à 30 jours par l’apparition d’un érythème migrant et concentrique. C’est là qu’il faudra intervenir.

 

Il est à noter que la maladie se développe en trois phases :

 


1) L’incubation, va généralement de plusieurs semaines à plusieurs mois

​Cette phase primaire se caractérise par la survenue d’un érythème cuisant, grossièrement circulaire et centré sur la piqûre de la tique. Mais il peut aussi ne pas apparaître, cela dépend de l’espèce de Borrélia.

Il survient de 3 à 30 jours après la piqûre. Puis, dans la 2ième semaine de son apparition, il pâlit en son centre et disparaît en quelques jours voire quelques semaines. 

Cette phase s’accompagne souvent d’un état fébrile avec frissons, courbatures, douleurs articulaires, ou maux de tête.

 

2) Puis survient la phase secondaire avec ces poussées aux intersaisons, aux anniversaires des piqûres, lors de baisses d’énergie ou lors de gros stress fragilisant le système immunitaire.

Cette phase secondaire correspond à la dissémination de la bactérie dans l’ensemble du corps.  Elle débute quelques semaines à quelques mois plus tard.

Les symptômes observables ici sont : 

  • Des signes cutanés souvent semblables à l’érythème chronique de la phase primaire, sous forme de nodule 

  • Des signes neurologiques, tels que méningites, névrites, souvent très douloureuses avec des maux de tête et une sensibilité cutanée exacerbée

  • Des signes rhumatologiques qui atteignent plusieurs articulations, dont souvent le genou, qui deviennent enflées, chaudes, rouges et douloureuses. Ce rhumatisme évolue par poussées espacées accompagnées d'une périodes de rémission d’environ un mois

 

3) La phase tertiaire, tardive, survient des mois, voire des années après l’infection. Elle se remarque par : 

  • Des manifestations neurologiques et lésions démyélinisantes proches de la sclérose en plaques

  • Des signes rhumatologiques proches de ceux de la polyarthrite rhumatoïde

  • Des signes dermatologiques : plaques violacées évoluant vers la sclérose associée à des arthrites et des neuropathies

 

Diagnostic…difficile!

Le diagnostic de la maladie n’est pas facile en raison des très nombreux aspects qu’elle peut présenter. On a vite fait de diagnostiquer une fatigue chronique, un syndrome rhumatologique, ou une fibromyalgie, là où plus probablement se cache une borréliose.

Et ce qui ne facilite pas les choses, c’est que beaucoup de malades ne se souviennent d’aucune piqûre de tique, ce qui rend le diagnostic encore plus difficile.

Dans tous les cas, votre médecin demandera des analyses de sang : ce sera surtout la sérologie de Lyme (test ELISA et Western Blot) qui recherchera les anticorps contre la Borrelia burgdorferi (avec dosage des IgG et des IgM) qui permettra le diagnostic lorsqu’il est positif.

 

Mais il existe un nombre important de faux négatifs, ne serait-ce que parce que la Borrelia burgdorferi, si elle est dominante aux Etats-Unis est plutôt minoritaire en Europe. 

C’est ainsi qu’on estime qu’il y aurait de 30 à 55% de faux négatifs à la maladie.  Ainsi, une sérologie positive est un élément affirmatif, mais une sérologie négative ne peut pas permettre d’éliminer formellement une maladie de Lyme.

 

Que faire?

 

A) Prévention: 

1. Lorsque l’on se promène dans des zones boisées, porter des pantalons et manches longues si possibles pour être moins exposés.

2.  Faire une préparation à base d'huiles essentielles que l’on vaporisera sur les extrémités découvertes, mais aussi sur les vêtements, comme répulsif. Ne pas vaporiser sur le visage.

Composition : 

Pour 100 ml d’hydrolat de thuya, mélanger :

  • 10ml de géranium rosat

  • 10ml d’eucalyptus citronné

  • 10ml de thym à linalool

  • 10ml de romarin

  • 10ml de clou de girofle

 

B) Si l’on a été piqué et que la tique est encore dans la peau :

Ne pas tirer, ni mettre de l’huile, cela risquerait de libérer le venin toxique par production de salive, car la tête de la bestiole est fichée sous la peau et peut aspirer notre sang pour se nourrir, mais surtout libérer son venin.

Il est donc indispensable d’avoir ce petit attrape tique vendu partout en pharmacie : Petit instrument en forme de pied de biche que l'on  glisse délicatement et, on tourne en sens inverse des aiguilles d’une montre. (Voir photo ci-dessus)

Puis, désinfecter la zone avec de l'Argent colloïdal.

C) Traitements naturopathiques, homéopathiques et aromathérapiques: 

1. Le plus près possible de la piqûre : le bon vieux CHARBON ACTIVÉ qui est un anti-poison bien connu.

Dès les premiers symptômes de la poussée d’infestation par la toxine de la Tique Borrélia, on prendra :

une dose (en poudre : une c. à soupe; en gélules : 3 gélules) matin et soir pendant 15 jours.

Le charbon activé va empêcher la toxine de la tique Borrélia de passer dans le filtre de l'intestin grêle et ainsi d'entrer dans le sang et les nerfs. Cette cure de 15 jours de charbon activé pourra être reprise à chaque “poussée” de symptômes, car ils démontrent que le parasite est encore actif.

2. Parallèlement à ce traitement de la poussée, on pensera à L‘ARGENT COLLOÏDAL

Un des meilleurs outils pour lutter contre une infection, virale, bactérienne ou mycosique.

C’est en effet un produit capable de:

  • Tuer la plupart des microbes qui assaillent l’humanité

  • D’accélérer la cicatrisation des blessures et des brûlures

  • De soigner la peau et les allergies

  • De stimuler les défenses naturelles de l’organisme

  • De purifier l’eau

Fabriqué à base d’eau distillée ultra pure de qualité pharmaceutique et d’électrodes d’argent pur à 99,99%.

L’argent colloïdal est considéré comme un antibiotique naturel le plus puissant qui soit puisqu’il tue 650 microbes, virus, bactéries, champignons.  Il ne procure aucun effet secondaire connu et n’offre aucune interférence en présence d’autres médicaments.

L’argent colloïdal peut être pris oralement ou mis dans un bandage et appliqué directement sur les coupures, les égratignures, les plaies ouvertes.

 

3. HOMEOPATHIE: BORELLIA
 

En cas de crise:

BORRELIA en 200K 3 granules 3 fois par jour pendant le temps de la crise. 

Si le traitement intervient plus tard après l’infestation:

BORRELIA en 200k une dose par semaine, pendant un mois et continuer le mois suivant avec 

BORRELIA en MK 3 doses à 10 jours d’intervalles

Le traitement homéopathique a pour vertu d’éliminer l’information cellulaire récurrente qui poursuit le travail à bas bruit de la toxine de la maladie de Lyme.  Il est donc important de s’en procurer dès les premiers symptomes.

 

4. Les huiles essentielles

Réaliser le mélange suivant à appliquer tous les jours sur les bras et thorax, et ce sur une durée de 20 jours

  • HE Cinnamosma fragrans 10 ml

  • HE Ravintsara 5 ml

  • HE Eucalyptus radiata 3 ml

  • HE Melaleuca alternifolia 3 ml

  • HV de noisette 30 ml

 

Puis prendre par voie orale pendant 20 jours :

1 gélule neutre sur laquelle on dépose les H.E. suivantes et ce 3 fois par jour  

  • HE Eugénia caryophyllus (Giroflier) : 1 à 2 gouttes

  • HE Citrus lemon : 1 à 2 gouttes

  • HE Origanum compactum : 1 à 2 gouttes

 

Faire ce traitement sur 3 semaines, et le stopper totalement pendant 7 jours puis le reprendre le tout pendant 4 mois.

 

5. En complément, n’oubliez pas de prendre  

 

De la propolis et de la vitamine C si possible liposomal, 1000mg par jour

En cures prolongées pour remonter le système immunitaire et contrecarrer le stress oxydant. 

 

J'espère que tout ceci vous aidera à passer un bel été sans complications dues aux piqûres de tiques!

Christine Angelard

www.christineangelard.com

514 276 3697

Skype : christine.angelard14

 

CONTACTEZ-MOI 

Christine Angelard

 

Naturopathe, Auteure et Conférencière

 

christine.angelard@gmail.com

 

 

 

4834, rue Melrose

MONTRÉAL, Québec

H3X 3P5

Une fois par mois au: CMIE

de Bromont: 858 Shefford,

450-332-2430  

Sans frais : 1-844-332-2430

Suivez-moi

  • w-facebook
  • w-blogger
  • Twitter Clean
  • LinkedIn - Grey Circle

© 2015-2020   Christine Angelard par  ib2ib.net et Prestige Web