Pour ou contre……..

Aujourd’hui oui je vous partage une citation qui me touche beaucoup, et depuis longtemps!

“Je n’irai pas à une manifestation contre la guerre,
mais si vous faites une manifestation pour la paix, invitez-moi ! “
– Mère Teresa.

C’est exactement ce que je pense depuis tellement longtemps…. Au lieu de lutter contre une façon de faire, essayons de développer une autre façon d’agir : dans nos vies, dans nos professions.

J’en connais une que l’on a traitée de folle lorsqu’elle décida d’exercer la médecine sur un mode global à l’époque où personne ne le faisait, par exemple. Pour cela, elle a dû lâcher les cadres rassurants et lucratifs d’un système bien huilé… mais, ce faisant, elle a retrouvé sa passion et l’alignement avec son être intérieur.

Actuellement ce n’est que controverse, discours, menaces, peurs : Après la phobie, la société est en train de passer à la paranoïa, en regardant son voisin comme un porteur potentiel de virus. Cette attitude est profondément mortifère.

Il ne s’agit pas d’être dans le déni d’une épidémie qui a surpris toute la communauté scientifique et mis en lumière les failles dans nos systèmes soit disant biens organisés….Il est certain que la prudence est de mise, comme la médecine l’enseigne en principe depuis longtemps, mais il est tout aussi important d’enseigner la nécessité de renforcer notre système immunitaire par des attitudes de vie saine et toute la prophylaxie que les plantes et huiles essentielles nous offrent.

C’est d’abord à l’individu de prendre soin de sa santé par son alimentation son rythme de vie, ses habitudes, puis s’il y a défaillance… faire appel à la médecine.

Il semble que nos sociétés aient oublié cela, ou en tout cas dans le discours qui nous est instillé, ce serait à la société de gérer notre santé à 100%, et même de décider de notre mort ???

Ce petit virus renvoie chacun à soi même : petits en grands, politiciens et homme de la rue. Ce virus nous permet de gratter un peu les couches de vernis appliquées depuis des lustres par nos médias, et multitude de discours lénifiants.

Nous n’avons plus le choix que de revenir à notre conscience, et retrouver notre petite voix intérieure.

C’est pour cela qu’en ce temps où Noël va être solitaire, silencieux, loin de nos habitudes de consommation, c’est aussi peut-être le moment de redéfinir nos façons de vivre, de penser et de consommer.

Si nous mobilisions nos énergies pour développer ce que nous sentons comme essentiels dans nos vies, cela irait peut être mieux.

Disperser notre énergie dans le combat, ne laissera que deux parties épuisées en fin de course et des champs de ruines.

Travailler lentement, pas à pas, à ce qui élève notre niveau de conscience, notre bien être, nous apaisera, mais fera indéniablement des ricochés positives autour de nous.

  • Si nous unissions nos forces, nos énergies, nos consciences, à nous documenter de façon complète (plusieurs sons de cloches par exemple et non pas un discours unique)
  • Si nous acceptions que l’autre puisse penser différemment
  • Si nous faisions l’effort de consommer local, de saluer le quidam que nous croisons sur le trottoir au lieu de raser les murs
  • Si nous retrouvions le chemin de notre coeur…
  • Les choses commenceront à bouger, et à bouger dans le bon sens.

Je ne suis ni pour ni contre, mais je me dis pourquoi l’imposer?
Je me renseigne, j’écoute, je reste prudente, et j’agis à mon niveau en fonction du contexte où je me trouve et en fonction de ce que me dit ma petite voix intérieure. Car, souvenez vous la petite voix intérieure, l’intuition, est branchée sur notre Coeur Empereur, selon l’appellation chinoise. C’est à dire branché sur la Source. Et ce qui est valable pour moi, ne l’est peut être pas pour l’Autre. Que vaut ma raison face à la raison de l’autre : qu’une élucubration de neurones, face à une autre élucubration de neurones.

Le coeur lui ne se trompe pas.
Le futur est entre les mains de chacun
Pour un futur sain et heureux, détachons nous des peurs, instillées de façon intensive depuis des mois qui viennent réveiller nos propres peurs trans générationnelles : cette période difficile à traverser par nous tous est en fait une bonne occasion de les reconnaitre et de les traiter grâce à différents outils:

  • Lettres symboliques
  • Méthode M.A.N.E

Je vous ai parlées  de ces deux approches dans mon dernier livre La gratitude qui guérit, ou comment soigner les blessures du passé”

  • Art thérapie
  • Ostéopathie globale
  • Psychothérapie

C’est à nous d’enlever ces couches de vernis fades appliqués par toutes les strates de peurs accumulées depuis que l’humanité est passée d’une gouvernance de cercles de sages (femmes et hommes) reconnues pour leur expérience et leur sagesse, à une gouvernance basée sur le pouvoir monétaire.

Et vous serez surpris alors de découvrir votre Joie originelle, cette Joie simple brillera enfin dans vos yeux et dans toutes vos cellules, comme une évidence retrouvée.  Souvenez vous de l’histoire de la statue d’or :

Source Wikipédia:” Au début des années 1930, des travaux d’aménagement des berges du fleuve Chao Phraya, près du quartier chinois de Bangkok, nécessitèrent la destruction d’un vieux temple abandonné qui contenait une statue de Bouddha en stuc doré. Comme il était hors de question de détruire la statue, malgré son aspect peu attrayant, et pour qu’elle reste dans le quartier chinois, il fut décidé de la transférer au Wat Traimit Wittayaram une pagodesans importance comme il en existe des centaines dans la ville. Le temple n’avait pas de bâtiment susceptible de la recevoir et la statue resta 20 ans dehors sous un simple toit de tôles.

En 1955, un bâtiment ayant été construit, les moines décidèrent d’y installer la statue. Une grue devait la déplacer avec précaution, mais une élingue céda et la statue tomba dans la boue. Ce mauvais présage effraya tout le monde et après une fuite générale, la statue se retrouva abandonnée sur le terrain. C’était la saison des pluies, et comme pour donner raison aux mauvais augures, un formidable orage se déchaîna toute la nuit, noyant la ville sous des trombes d’eau.

Au petit matin, le supérieur de la pagode revint évaluer les dégâts : il commença à essayer de laver la statue des traces de boue mais remarqua que le stuc détrempé s’était fendu et laissait apparaître un métal brillant. Après quelques investigations on s’aperçut que sous le stuc, la statue était en or massif. Cette nouvelle fit le tour de la ville, assurant au temple une renommée, une richesse et une fréquentation jamais démentie depuis.

On suppose que la statue, provenant d’Ayutthaya, avait été dissimulée sous une couche de plâtre pour la soustraire à la convoitise des Birmans qui assiégeaient la ville. Plus tard, la statue transportée à Bangkok, le souvenir du stratagème s’était perdu et était resté dans l’oubli pendant presque 200 ans.

Un nouveau bâtiment a été récemment construit pour abriter la statue.”

Aussi je vous souhaite en ces temps de Noël et de fin d’année
De retrouver votre paix intérieure, et de la faire briller pour vous et pour le bien être de tous.

8 Responses

  1. Marianne Desjardins
    | Répondre

    Merci Christine pour ce sage et inspirant billet.

    Merci

    Marianne

  2. Marie-Louise
    | Répondre

    Merci Christine pour ce moment de grande sagesse. Ces histoires anciennes ravivent en soi de vieilles connaissances enfouies.
    Nous sommes remplis de ces vérités mais aussi de ces protections contre ce qui a et était perçus comme le mal pour nous. Et effectivement , il n’y a que nous qui sommes les mieux placés pour distinguer ce qui est bien ou mal pour nous. C’est quand on déleste cette sagesse à d’autres que l’on se retrouve perdu. La sensation d’être perdu fait souvent résonance au fait que de remettre notre pouvoir décisionnel à quelqu’un d’autre, on s’attend à ce qu’il prenne la meilleure décision pour soi . Ce qui n’est pas toujours le cas…

    • Christine
      | Répondre

      MERCI Marie Louise pour votre témoignage!

  3. Francine Lanctôt
    | Répondre

    Et oui vous inspirez que de la paix, et comment y demeurer….A 32 ans je suis sortie du milieu hospitalier, pour retrouver mon besoin d’aide sans trop de contrôle…je vous comprends, j’assume mes 66 ans, sans médications, mais voir à ma santé de façon autre…à l’écoute du vrai…merci pour tout…

    • Christine
      | Répondre

      Merci Francine pour votre témoignage
      Belle année 2021! Que nous continuions à nous libérer de ce qui n est plus utile pour mieux voir la lumière autour de nous
      Bien cordialement
      Christine

  4. Solange van der Stock
    | Répondre

    Merci Christine, pour ce merveilleux webinaire, que je viens de suivre sur Conférences Papillon. Que j’aimerais trouver un médecin comme vous, qui allie le spirituel aux médecines que j’adore (chinoise, naturopathie, huiles essentielles, EFT etc …)
    Mais je ne suis pas à Toulouse, j’oscille entre Valencia (Espagne) et Bruxelles (Belgique)
    Je vais commencer par m’offrir votre livre La gratitude qui guérit.
    Puis-je le commander sur votre site ? je n’ai pas encore regardé toutes les rubriques.
    Je vous souhaite une merveilleuse année 2021, qui sera j’en suis certaine riche, si nous pouvons nous relier à notre intériorité et lire entre les lignes.
    Solange

  5. Christine
    | Répondre

    Bon jour Solange
    Et merci pour votre témoignage
    Je pense que le plus simple est de le commander chez vous en France ou en Belgique: car le livre est sorti aux Editions Eyrolles, en France, Belgique, Suisse. Cela devrait aller plus vite qu’expédié depuis Montréal
    Sachez que si vous souhaitez un accompagnement personnalisé, je consulte via Skype ou Zoom sans problème.
    Je vous souhaite une bonne année 2021 avec libération de tout ce qui ne nous sert plus et qui nous a passablement fait souffrir
    Lumière, Joie et Paix pour 2021.!

  6. Chambon daniel
    | Répondre

    Merci Christine pour vos messages. Merci

Répondre à Solange van der Stock Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *