2 Octobre, 2e jour de confinement Montreal

Posté dans : Soutien pandémie | 0

Nous sommes en zone rouge et le confinement reprend: Plus de réunion amicale ou familiale, plus de sortie culturelle ou festive au restaurant, etc

Je vous propose de garder cependant nos liens tissés coute que coute, avec la famille, les amis, la littérature, la musique, le sacré.

Parce que l’être humain est un être de relation, continuons de faire vivre ces liens avec les moyens techniques qui envahissent nos vies: Skype, Zoom, FaceTime et aussi ce bon vieux téléphone.

Mais aussi avec les livres, à lire ou à relire: les librairies ne sont pas fermées!

Avec les enregistrements de nos musiques préférées.

Si les salles de sports sont fermées, pratiquons la marche, les exercices à la maison.

Mais ne restons pas prostrés en train d ‘attendre la fin du monde; Préparons le monde nouveau plutôt par plus de communion que de consommation y compris dans nos relations.

Alors certes prendre un(e)amie(e) ou ses petits enfants dans nos bras nous manque, mais appelons les, voyons les autrement,

Écrivons leur!

Le grand mot est lâché: Ecrire…. une vraie lettre,

Relire, ou lire un bon bouquin qui parle d’évasion, d’amour ou d’histoire, mais surtout pas de virus!

Changeons le décor de nos idées… notre santé s’en portera mieux. Relisez mes billets précédents.

Communiquons d’une façon ou d’une autre et nourrissons nous de belles choses. Et je ne parle pas ici d’alimentation.

Puisque nous avons du temps qui nous est rendu…Pratiquons le “retour en pays d’intériorité”.

J avais écris ce livre pour aider les personnes ne sachant pas comment s y prendre pour méditer;

je vous offre un vieil enregistrement ICI si vous le souhaitez pour démarrer une méditation couplée aux 5 sons de la médecine traditionnelle chinoise.

Mais ce petit mot de ce matin était pour vous rappeler à la douceur, à la présence que nous avons tous à retrouver, et à laquelle j’essaierai de participer un tout petit peu encore, comme le printemps dernier, en vous mettant des petits cailloux blancs sur la route de ce confinement d’octobre 2020.

Ce matin tôt, un vol triangulaire partait vers le sud ouest au dessus de ma tête avec ce cri si reconnaissable et qui nous fend le coeur tous les automnes. 2 Octobre, c’est tôt! Les outardes repartent!

Et c’est vrai que ma première pensée a été: “Oh! Déjà”

Mais bien vite, ce fut” Merci d’être venues, bon vol et revenez vite!”

Je choisis d’espérer leur retour plutôt que de pleurer leur départ et je rends grâce d’être spectatrice du miracle de la vie.

Soutenons nous dans cette démarche, les uns les autres!

À demain, peut être…

Répondre